Streptococcus uberis

Secteur Strep (streptocoques) – petites colonies bleu foncé, numéro 1

Après une baisse de l’occurrence des bactéries Streptococcus agalactiae et Staphylococcus aureus dans les élevages, Streptococcus uberis représente le principal agent responsable des mammites chez le bétail laitier. L’infection de la glande mammaire est généralement longue, le traitement est compliqué et les infections se font souvent à répétition. Streptococcus uberis est capable d’attaquer successivement les quatre glandes mammaires l’une après l’autre, plusieurs glandes étant souvent simultanément attaquées de manière successive. Dans le passé, Streptococcus uberis était considéré comme provenant de l’environnement, causant des symptômes principalement légers, de nature chronique.

Selon les données actuelles, il existe plusieurs souches de ces streptocoques contagieux par contact, et, en 1990, les chercheurs ont identifié une nouvelle espèce, Streptococcus parauberis, plus agressive, capable de détruire les tissus du pis et plus résistante aux antibiotiques. 

La hausse du nombre de cas de mammites causés par la bactérie Streptococcus uberis est la conséquence de plusieurs facteurs : une hygiène insuffisante, le stress, un déficit immunitaire. De plus, dans les cas de dépistage des agents pathogènes responsable de mammite dans les élevages, la thérapie est mise en place « au cas par cas » selon le pathogène le plus grave (par exemple Staphylococcus aureus pour une mammite aiguë...), un protocole médical est mis en place pour le staphylocoque qui était le pathogène initial dominant et est en régression, Streptococcus uberis survit, se propage dans le troupeau et de nombreux cas de mammites rse mettent à récidiver.